Facebook Et Nos Vies Privées

Il y a maintenant quelques semaines, des nouvelles ont éclaté que Facebook a partagé des informations privées de millions d’utilisateurs avec Cambridge Analytica, qui l’a ensuite utilisé à des fins politiques!

En tant que spécialiste des implications sociales et politiques de la technologie, je dirais qu’Internet est conçu pour être hostile aux personnes qui l’utilisent. Je l’appelle une «architecture de l’information hostile».

La profondeur du problème de la vie privée

Commençons avec Facebook et la vie privée. Des sites comme Facebook sont censés protéger la vie privée des utilisateurs avec une pratique appelée «notification et consentement». Cette pratique est le modèle d’affaires de l’Internet. Les sites financent leurs services «gratuits» en recueillant des informations sur les utilisateurs et en les vendant à d’autres.

Bien sûr, ces sites présentent des politiques de confidentialité aux utilisateurs pour les informer de la façon dont leurs informations seront utilisées. Ils demandent aux utilisateurs de « cliquer ici pour les accepter ». Le problème est que ces politiques sont presque impossibles à comprendre. Par conséquent, personne ne sait ce à quoi ils ont consenti.

Mais ce n’est pas tout. Le problème est plus profond que cela. La juriste Katherine Strandburg a souligné que toute la métaphore d’un marché où les consommateurs vendent la confidentialité des services est profondément erronée. Ce sont les annonceurs, et non les utilisateurs, qui sont les vrais clients de Facebook. Les utilisateurs n’ont aucune idée de ce qu’ils «paient» et n’ont aucun moyen de connaître la valeur de leurs informations. Les utilisateurs sont également incapables de se protéger, car l’exclusion de sites comme Facebook et Google n’est pas viable pour la plupart.

Comme je l’ai soutenu dans une revue universitaire, le principal avis et le consentement est de communiquer subtilement aux utilisateurs l’idée que leur vie privée est une marchandise qu’ils vendent pour des services. Cela ne protège certainement pas leur vie privée. Cela fait aussi mal aux gens innocents.

Ce n’est pas seulement que la plupart de ceux dont les données sont parvenues à Cambridge Analytica n’ont pas consenti à ce transfert, mais il y a aussi le fait que Facebook possède de vastes données, même celles qui refusent d’utiliser ses services!

Laisser un commentaire